Boutis

Boutis, broderie marseillaise

15 avril 2016

Nouvelle à Marseille + fana de fils et aiguilles = se mettre au boutis. Cela me semblait une évidence. J’ai donc commencé en janvier à suivre un cours de boutis pour apprendre à le faire correctement et me suis lancée dans un premier napperon.

IMG_2709

Si je n’ai pas fait de billet boutis plus tôt, c’est parce que faire des photos blanc sur blanc n’est pas évident et aussi par manque de lumière dans mon salon. Maintenant que j’ai commencé le bourrage, le motif du milieu est plus visible.

Après le transfert du dessin par transparence sur la baptiste, la première étape était de faire les petits points avant tout le long des motifs. Le petit cercle à broder (10 cm) est incontournable pour bien attraper le mouvement “dessus-dessous” à travers les deux épaisseurs de tissus et le dé “nouvelle génération” Glover est vraiment un plus pour pousser l’aiguille pendant un long moment sans inconfort.

IMG_2711

Maintenant, c’est le bourrage des mèches dans les motifs et les “spaghettis”.

bordure

J’ai encore plein de petits trucs à apprendre. Mais c’est très agréable et délassant de chipoter la mèche entre les deux épaisseurs de tissu. Sans parler du plaisir de retrouver le groupe de boutisseuses chaque mois.

Only registered users can comment.

  1. ça va être magnifique ! Je n’ai jamais essayé le dé clover, mais j’en entends beaucoup de bien. Pour ma part j’ai du mal à m’y faire au dé, pourtant ça me serait très utile. Lorsque j’ai fait de la broderie glazig, j’étais parfois obligée de m’arrêter car j’avais trop mal au doigt à pousser l’aiguille à travers les deux épaisseurs de tissu (lin et drap de laine). Peut-être que le dé clover serait la solution. Encore bravo pour ce joli ouvrage.

    1. Moi aussi, j’ai du mal avec le dé. Mais cet hiver, entre l’air sec et les températures plus basses qu’en Guyane, mes doigts gercés m’ont bien fait passer le message ^^
      Je pense aussi qu’avec deux tissus épais à percer comme pour le Glazic, ce petit instrument s’impose. En se forçant un peu au début, on finit par s’habituer et on ne peut plus s’en passer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.